Ces travaux ont élaboré une conception radicalement nouvelle des principes organisationnels de la chaîne logistique (réseaux d’approvisionnement mondialisés). Fondés sur des concepts en rupture et des outils de simulation originaux, ces travaux débouchent sur le programme de « l’Internet Physique » qui devrait connaître d’importants développements dans les années futures. Partant d’une analogie avec Internet (le système des « paquets »), ce programme étudie les modalités et les enjeux associés à l’interconnexion des réseaux, si l’on adopte le concept d’une « conteneurisation étendue » et originale de toutes les marchandises (voir encadré 1). Ce programme de recherche a été lauréat de financements français et européens. Outre plusieurs publications dans les meilleures revues, ses résultats ont fait l’objet de plusieurs prix et distinctions.

Encadré 1 : L’internet physique, un nouveau concept pour la chaine logistique L’enjeu de l’Internet Physique est une refondation générale des activités logistiques pour permettre des fonctionnements jusqu’ici inédits : l’utilisation de moyens lourds pour de petites expéditions, la possibilité de stockage diffus pour servir les marchés, de nouveaux modes de distribution et de consommation. Ce programme a été pensé d’emblée comme une initiative mondiale portée, pour la France et l’Europe, par le CGS. Ce dernier y a acquis une position de leadership par rapport aux partenaires associés d’Amérique du Nord, qui sont des laboratoires de référence dans le domaine, comme le CIRRELT (CA) ou le CELDI (USA).

Cette initiative a ouvert de multiples perspectives prometteuses :

i) le concept d’internet physique conduit à des modèles d’optimisation et de gestion logistiques décentralisés qui offrent une réduction potentielle des émissions de CO2 d’un facteur 3 ;

ii) ces modèles logistiques présentent une faisabilité économique qui a attiré l’intérêt d’acteurs majeurs de la distribution et de l’industrie, ainsi que celui du Ministère du développement durable, et du programme de recherche européen FP7. Aujourd’hui, la roadmap européenne pour la logistique s’inspire directement de cette initiative. Ainsi, le FUI et l’ADEME ont décidé la réalisation de démonstrateurs de l’internet physique basés sur des flux de la grande distribution, afin de valider la traçabilité et le routage en réseaux semi-ouverts.

 

Faits marquants :

  • Shenle Pan et Eric Ballot ont reçu le « best research paper in Industrial Engineering» à l’International Conference on Industrial Engineering and Systems Management (IESM09), Montréal (2009).
  • Shenle Pan, lauréat du ”Chinese Government Award for Outstanding Self-Financed Students Abroad” en 2010.
  • E. Ballot est membre du comité plénier logistique du PREDIT 4 du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie.
  • E. Ballot est membre du conseil d’administration du Club Déméter Logistique et développement durable de 2009-2013.
  • E. Ballot, keynote speaker pour la”43rd International Conference on Computers and Industrial Engineering”, Hong-Kong 2013.

 

Sélection de publications : Pan, S., Ballot, E. & Fontane, F. (2013). The reduction of greenhouse gas emissions from freight transport by pooling supply chains. International Journal of Production Economics 143(1): 86-94.

Ballot, E., Gobet, O. and Montreuil, B. (2012). Physical Internet enabled open hub network design for distributed networked operations. In Borangiu, T., Thomas, A. and Trentesaux, D. (eds.). Service orientation in holonic and multi-agent manufacturing control. 354. Heidelberg-Springer.

Ballot, E. and Fontane, F. (2010). Reducing greenhouse gas emissions through the collaboration of supply chains: lessons from French retail chains. Production, planning & Control 21(6) : 640-650.

Montreuil, B., Meller, R. D. and Ballot, E., (2010). Towards a Physical Internet: the impact on logistics facilities and material handling systems design and innovation. In Gue, K. & al., (eds.) Progress in Material Handling Research, 23-47, MHI.